Autres

Bilan Pordenone Calcio 2020/21

Après une première saison passionnante ponctuée par une demi-finale de Play-off, les Ramarri nous ont fait peur pour leur seconde année en Serie B avec un maintien acquis lors de la dernière journée de championnat. Un exercice compliqué pour les Frioulans, moins à l’aise à « domicile » qu’en 2019/20, malgré un gros effort lors du mercato estival. La vente à l’intersaison hivernale de Davide Diaw à Monza a aussi été l’une des raisons des problèmes offensifs de Pordenone.

Défaillances

Si le Pordenone version 2019/20 avait réussi à accrocher son ticket pour les Play-offs et à rêver d’une montée historique en Serie A en s’installant sur le podium à douze reprises, c’était grâce à son bon parcours à « domicile ». En dépit des problèmes de délocalisations (d’abord à Udine jusqu’au lock-out Covid19 puis à Trieste pour finir l’année), les Ramarri avaient récolté le troisième meilleur bilan de la ligue à la maison avec 38 points. Mais cette année, malgré un accord rapidement trouvé avec la Région pour occuper le Stade Teghil à Lignano sur la côté adriatique, Pordenone a souffert pour remporter les matchs à domicile. Avec seulement cinq succès sur dix-neuf rencontres, le bilan est en chute libre par rapport à la saison précédente et l’équipe descend à la quatorzième position. Si nous avons concédé peu de défaites (seulement quatre), nous avons trop souvent partagé les points avec nos visiteurs. Sûrement l’hospitalité du Frioul. Le bilan comptable à l’extérieur n’évolue pas avec 20 points comme en 2019/20.

Comme évoqué plus haut, les dirigeants ont fait des efforts pour renforcer l’équipe au mercato estival. La volonté de conserver un lien régional avec nos racines s’est retrouvé dans le recrutement. Giacomo Calò, Davide Diaw, Nicola Falasco, Samuele Perisan sont tous originaires du FVG ou de la Vénétie voisine. La tête d’affiche de ce mercato était Davide Diaw. Le bomber de Cividale del Friuli sortait d’une très bonne saison à Cittadella. Il a continué sur sa lancée pour mener l’attaque neroverde. Auteur de dix buts en dix-huit matchs, Diaw est l’atout offensif N°1. Mais Monza, candidat à la montée, propriété de Silvio Berlusconi et dirigé par Adriano Galliani, propose une offre jugée « indispensable » par le Président Lovisa. Cependant, le départ surprise de Diaw a plombé l’attaque du club. Avec seulement 40 buts inscrits contre 48 l’année dernière, le bilan est déficitaire pour la ligne offensive. Les autres recrues, Butić (3) et Musiolik (6), ont eu du mal à combler le vide laissé par Diaw. Heureusement, Ciurria a pris le relais avec neuf buts à son actif.

Les mauvaises prestations collectives ont été fatales au Mister Tesser. Au club depuis 2018, le technicien vénitien restera dans les mémoires des tifosi pour avoir guidé Pordenone en Serie B à l’issue de la saison 2018/19. Coach expérimenté, Tesser a failli emmener le club en Serie A mais, malgré une belle victoire sur le terrain de Frosinone (0-1), le club dirigé par Nesta a privé les Ramarri de la finale de Play-off contre Spezia grâce à un succès (0-2) à Trieste. Au début de l’exercice, Pordenone est resté au contact des équipes de tête et de la zone de Play-off. Mais la mauvaise série entre la J23 et la J31 (3 N et 6D) ponctuée par la claque reçue à Brescia (4-1) lui a coûté son poste. Son message ne passait plus auprès des joueurs. Remplacé par Maurizio Domizzi pour sa première expérience sur un banc d’une équipe professionnelle, l’ancien joueur de l’Udinese et entraîneur de notre Primavera depuis le début de la saison 2020/21 a mené à bien sa mission sauvetage avec trois victoires, deux nuls et trois défaites à son actif.

Points positifs

Malgré tout, cette saison n’a pas été totalement négative. D’abord parce que nous sommes encore en phase d’apprentissage. Ce n’est que notre deuxième saison complète à ce niveau. Ensuite parce que nous avons un petit budget. L’offre de Monza pour Diaw était trop importante pour la refuser et, même si c’était sportivement un amoindrissement, les finances du club ont été boostées par ce transfert. Enfin parce qu’en dépit des péripéties sportives, notamment le glissement dans la zone de Play-out lors de la J37, l’équipe a réussi à conserver un bon état d’esprit pour arracher son ticket pour la saison 2021/22 lors de la dernière journée dans un match à grand suspens contre un adversaire direct.

L’autre point positif, et c’est un petite surprise au regard du classement final, est la défense. Notre back four se classe parmi les six meilleures de la Ligue (5ème ex-æquo) avec seulement 39 buts concédés. Les performances de Samuele Perisan sont à souligner. Avec 14 clean sheets, le gardien frioulan a souvent rassuré ses coéquipiers de la défense. Hormis la lourde défaite à Brescia (4-1), la défense a rarement encaissé plus de deux buts par match (un nul vs la SPAL 3-3 et une défaite au Chievo 3-0) . Alberto Barison, que j’avais interviewé en novembre 2019 pour Serie Bellissima, a également joué un grand rôle avec 27 apparitions et deux buts. Mentions spéciales également pour Michele Camporese et le polyvalent Alessandro Vogliacco.

Assurément l’un des grands hommes de cette saison, Patrick Ciurria a non seulement pris la relève en attaque après le départ de Davide Diaw en marquant plusieurs buts importants mais il a également endossé le costume de passeur décisif comme en atteste ses onze assists. Désigné meilleur passeur de Serie B devant Marco Mancosu de Lecce, Ciurria a été le principal pourvoyeur de l’équipe. Ce joueur complet de 26 ans a régalé avec son pied gauche, notamment avec ses frappes longues distances contre la Reggiana ou Venise. Arrivé à maturité, Patrick sera sûrement sollicité pour rejoindre l’étage supérieur. D’après les rumeurs, Vérone veut en faire le successeur de Zaccagni en partance vers Naples. Si jamais Ciurria part, le club devra bien cibler son remplaçant. Au club depuis 2017, et sous contrat jusqu’en 2024, sa valeur est estimée à 1,4M€.

Sauvés sur le fil, les Ramarri ont connu une saison plus complexe que la précédente mais ont assuré l’essentiel avec ce maintien en Serie B qui demeure l’objectif primordial pour continuer le développement du club. Si tout n’a pas été parfait, Pordenone peut quand même se féliciter d’avoir dans ses rangs le meilleur passeur du championnat et l’une des défenses les plus solides. Il faudra s’appuyer sur les enseignements de cet exercice pour vivre une troisième année dans l’antichambre de l’élite moins stressante.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s